Faits divers

Home

Suisse Romande

Suisse

On fête nos 15 ans

Monde

#NOUSSOMMESLEFUTUR

Économie

Sports

Divertissements

Hi-Tech

Faits divers

E-Paper

Insolite

Science et nature

Concours et Jeux

Journée de la bonne action

Déclaration de confidentialité

CG

Mentions légales

Tarifs

Malaisie«Calmez-vous les gars, elle voulait sauter avec moi»

Un ancien candidat de «Fear Factor» a fait scandale en sautant à l'élastique en portant sa fille de 2 ans dans ses bras. Il assure que c'était l'idée de son enfant.

de
joc
Publié

Une star de la téléréalité malaisienne a provoqué un scandale sur les réseaux après la publication d'une vidéo angoissante. Les images montrent Mohd Redha Rozlan sauter à l'élastique en portant sa fille de 2 ans dans ses bras. Le jeune homme se jette en arrière, d'un pont de 60 mètres de haut, et son enfant ne porte pas de casque. Sous les cris d'encouragement des témoins, le Malaisien termine sa course en se balançant à une dizaine de mètres au-dessus des gorges de Kuala Kuba Bharu. La cascade s'est bien terminée pour l'ex-candidat de «Fear Factor» et sa fille, mais l'imprudence du jeune homme a fait du bruit en Malaisie.

advertisement

Mohd Shafiq Azmi, qui gère les sauteurs à l'élastique sur le site depuis plus d'un an, assure que le personnel avait soigneusement examiné le matériel avant de laisser le jeune père s'élancer avec sa fille. «Nous respectons les exigences de sécurité en particulier dans les équipements utilisés tels que les cordes de sécurité en engageant des fournisseurs de services qualifiés», a-t-il expliqué au «Daily Mail». Andrew Khoo, avocat, ne voit pas les choses de cette manière. Selon lui, les normes de sécurité ont été clairement enfreintes et le père risque des poursuites pour mise en danger de la vie d'un enfant.

Vertement critiqué sur les réseaux sociaux, Mohd Redha Rozlan a expliqué que l'idée venait de sa fille elle-même. Il a ajouté que la petite portait également un harnais de sécurité mais qu'il était difficile à distinguer sur la vidéo. «Calmez-vous les gars, c'est Mecca Mikaela qui voulait sauter avec moi. Je ne l'ai pas forcée. Elle a aimé son premier saut et a demandé à le refaire», a-t-il écrit. Goh Siu Lin, avocate spécialisée dans les droits de l'enfant, n'en revient pas: «Je n'ai jamais vu aucun enfant de cet âge avoir l'autorisation de participer à un sport aussi extrême», a-t-elle tempêté.

advertisement